Génération Identitaire | Cinq ans après, procès de l'occupation du chantier de la mosquée UOIF de Poitiers : peut-on encore dénoncer l’islamisme en France ? - Génération Identitaire
17667
post-template-default,single,single-post,postid-17667,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-4.2,wpb-js-composer js-comp-ver-4.3.2,vc_responsive

Cinq ans après, procès de l’occupation du chantier de la mosquée UOIF de Poitiers : peut-on encore dénoncer l’islamisme en France ?

05 Oct Cinq ans après, procès de l’occupation du chantier de la mosquée UOIF de Poitiers : peut-on encore dénoncer l’islamisme en France ?

Cinq anciens militants de Génération Identitaire et l’association Génération identitaire en tant que personne morale, seront (enfin !) jugés le 20 octobre 2017 pour avoir participé à l’occupation du chantier de la grande mosquée de Poitiers, dirigé par l’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF), antenne française des Frères Musulmans, organisation islamiste classée terroriste dans plusieurs pays.

Le 20 octobre 2012, soit 5 ans auparavant jour pour jour, 80 militants de Génération Identitaire avaient occupé pacifiquement le toit de cette grande mosquée, pour réclamer un référendum sur la construction de mosquée et l’immigration, considérant que les Français n’avaient jamais donné leur avis sur ces questions cruciales. La date de cette action avait été choisi en référence à la Bataille de Poitiers remportée par Charles Martel en octobre 732. 

Suite à cette occupation, la Justice a été saisie par les islamistes de l’UOIF.

Après les attaques terroristes islamistes de Charlie Hebdo, du Bataclan, de la promenade des Anglais ou de Marseille, la condamnation de jeunes citoyens pacifiques avertissant les Français sur le danger que représentait le développement de l’islamisme et de l’immigration massive serait scandaleuse.

C’est bien sûr en héros et non en accusés que les « 5 de Poitiers », Maxime, Benoit, Alban, Damien et Julien, doivent être traités. C’est parce que les gouvernement successifs ont refusé d’entendre leur cri d’alarme que des centaines de Français sont morts. C’est parce qu’ils ont eut raison trop tôt qu’ils se retrouveront le 20 octobre prochain devant le Tribunal de Grande Instance de Poitiers.

Leur condamnation représenterait une victoire politique pour l’UOIF et tous ceux qui refusent que notre peuple se défende face au terrorisme islamiste. A l’inverse, une relaxe serait un message fort envoyé à toutes les victimes de l’islamisme et à tous ceux qui risquent leur vie pour le combattre.

Comme vous le savez une si longue procédure génère des coûts non-négligeables (nombreux allers-retours en train, frais d’avocat), votre soutien est donc particulièrement précieux. Vous pouvez nous aider en faisant un don ici.